-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Semaine 26/2010 - du 30 juin au 6 juillet

--
Shrek 4, Il était une fin. (U.S.A.)

Film de Mike MITCHELL (1h33)
Avec : Mike Myers, Eddie Murphy, Cameron Diaz, etc.
Genre : animation, comédie, fantastique.
Sortie nationale

Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre mal léché ? Assagi, Shrek regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd'hui, tel une idole déchue, il se contente de signer des autographes. C'est alors que le sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve transporté dans un monde parallèle où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se sont jamais rencontrés...

Ce quatrième volet signe la fin des aventures de Shrek dans un épisode qui revient (dans une certaine mesure) sur les origines de l’ogre vert. Notre héros passera ensuite la main au Chat Potté que nous pourrons retrouver au cinéma en novembre 2011 dans son propre film.


Hatchi. (U.S.A)

Film de Lasse HALLSTRÖM (1h33)
Avec : Richard Gere, Joan Allen, Sarah Roemer, etc.
Genre : drame.
Court-métrage: Rebus (5’)

Pour Parker, professeur de musique à l'université, l'arrivée du chien Hatchi dans la famille fut un heureux événement. L'animal prit sa place auprès de chacun, mais c'est avec Parker qu'il passait le plus de temps. Chaque matin, le chien accompagnait son maître à la gare où il prenait son train, et chaque soir, l'animal venait l'y attendre. Cet attendrissant rituel rythmait la vie de tous ceux qui en étaient témoins... jusqu'au jour tragique où Parker ne revint pas. Hatchi continua à l'attendre. Il l'attendit chaque jour, jusqu'à la fin. À force de fidélité et de patience, l'animal devint non seulement une légende, mais il bouleversa tous ceux qui connurent son histoire.

« Alors que cette version américaine aurait pu tomber dans le récit dégoulinant de bons sentiments, Lasse Hallström (...) tente de saisir le lien mystérieux et indestructible qui unit un chien et son maître. Et il s'en approche avec une authenticité surprenante. » Filmsactu


Dans ses yeux. (Espagne, Argentine)

Film de Juan José CAMPANELLA (2h09)
Avec : Soledad Villamil, Ricardo Darin, Pablo Rago, etc.
Genre : drame.

1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d'une jeune femme. 25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire "classée" dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène à ce meurtre qui l'obsède depuis tant d'années mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l'Argentine où l'ambiance était étouffante et les apparences trompeuses...

« A la fois accessible et exotique, le film oscille entre histoire d'amour et enquête serrée autour de la traque d'un assassin sadique. » 20 Minutes
« (...) le drame argentin de Juan José Campanella (...) reste un excellent film noir, classique, très bien ficelé, astucieux et prenant, remarquablement interprété par Ricardo Darin et Soledad Villamil. » Le Figaroscope


Tengri, le bleu du ciel. (Kirghiz, France, Allemagne)

Film de Marie-Jaoul DE PONCHEVILLE (1h36)
Avec : Albina Imasheva, Ilmbek Kalmouratov, Taalaïkan Abazova, etc.
Genre : drame.

Une histoire d'amour nomade au coeur de l'Asie Centrale d'aujourd'hui, parmi les décombres du soviétisme et en pleine renaissance des nationalités. Une jeune fille kirghize et un pécheur kazakh tentent chacun d'échapper à une histoire sans issue; ils parviennent à se trouver et tentent de conquérir leur liberté. En rupture et en même temps dans la continuité de traditions très anciennes, leurs amours, à travers vallées, montagnes, steppes et villes, suivent le cours des rivières asséchées qui vivifiaient la terre, les entraînent vers leur nouveau monde: entre Est et Ouest. Ils tentent de s'inventer un lieu où il ferait bon s'aimer, sur la terre ou dans Tengri, le bleu du ciel... Les montagnes sont pleines de ravins et les chemins d'embuscades... Où arriveront-ils ?

« Tengri, le bleu du ciel séduit par son réalisme poétique. Une romance d'un autre temps qui a été primée au Festival du film romantique de Cabourg. Un magnifique message d'espoir, entre aventure et poésie. » Métro

* Boucle magnétique pour malentendants -- Salles climatisées