-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Ciné-collection - 1er, 2 et 3 octobre 2010

--
Du silence et des ombres. (U.S.A)

Film de Robert MULLIGAN -

USA – 2h09 – VOST Sorti en 1962.
Titre original : To Kill a Mockingbird
Réalisation : Robert Mulligan
Acteurs : Gregory Peck, Mary Badham, Phillip Alford, Robert Duvall (dont ce fut la 1ère apparition au cinéma), etc.
Genre : drame.
Récompenses : 3 Oscars en 1962 dont celui du meilleur acteur pour Gregory Peck

Film tiré du roman "To kill a Mockingbird" de Harper Lee, prix Pulitzer en 1961.

Scénario : Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d'office pour défendre un homme noir injustement accusé de viol...

Robert MULLIGAN :

Réalisateur américain né à New York le 23 août 1925 et décédé à Lyme (Connecticut) le 19 décembre 2008.
Connu pour sa chronique sensible et autobiographique : 'Un été 42' sorti en 1972, Robert Mulligan est nommé pour le Golden Globe du meilleur réalisateur pour ce film. Il fait tourner Anthony Perkins et Karl Maden dans son premier long métrage 'Le Prisonnier de la peur' en 1957. L'ancien étudiant en théologie porte un regard sensible sur les thèmes explorés à travers ses films : l'enfance et l'adolescence confrontés à l'innocence et à la réalité. Véritable symbole culturel aux Etats-Unis, 'Du silence et des ombres', adaptation du roman 'Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur' d'Harper Lee, est unanimement salué par la critique et récompensé par trois Oscars dont celui du Meilleur acteur pour Gregory Peck et trois Golden Globes, dont un pour Gregory Peck pour la même distinction. Son dernier film date de 1991, 'Un été en Louisiane' dans lequel il fait jouer la jeune Reese Whiterspoon.
Cinéaste discret, Robert Mulligan a tourné une vingtaine de films avec les plus grands acteurs de son époque


Analyse

Méconnu en France, "Du silence et des ombres" est presque autant célèbre aux États-Unis que le livre dont il a été tiré, "To Kill a Mockingbird" (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur). Un roman qui a valu le prix Pulitzer 1961 à son auteur Harper Lee, amie d’enfance de Truman Capote qui l’aida dans la longue enquête devant aboutir à "De sang froid…". Un million d’exemplaires se vend actuellement tous les ans et le total des ventes avoisinerait les trente millions !
Harper Lee y raconte, de façon romancée, son enfance dans l’Alabama des années 1930 et dessine la figure imposante d’un père avocat, qui lui apprit le sens de la justice et de la droiture morale.

Le film en noir et blanc de Robert Mulligan, fidèle au livre, nous plonge d'abord dans le monde de l’enfance, où l’on s’amuse à se faire peur pour un oui ou pour un non. L’héroïne, la jeune Scout (6 ans), son frère Jem – des orphelins de mère – et leur nouveau copain Dill sont fascinés par la demeure de leur voisin. Ils l’imaginent hantée par une créature dangereuse, qui n’est autre que Boo Radley, le mystérieux fils de la maison.
On retrouve dans l’adaptation de Mulligan l’ambiance de "La nuit du chasseur" de Charles Laughton, soit un mélange de mythologie biblique et de littérature gothique sur fond de moiteur et de peur, commun aux écrivains du Sud, comme Mark Twain.
Ensuite, le récit dévie et "Du silence…" devient un film de procès. Le père des enfants, Atticus (Gregory Peck, qui obtint un oscar au passage), va devoir défendre un ouvrier agricole noir accusé d’avoir violé une jeune fille blanche. Nous sommes en 1932 dans le Sud, où l’on pratique allègrement le lynchage… Les trois enfants, lors de ce procès, vont découvrir à la fois la violence dont les hommes et la société peuvent se rendre coupables, et la noblesse morale d’un père qu’ils connaissaient au fond très mal. Enfin, ils découvriront aussi le vrai visage de Boo Radley (Robert Duvall, dans son tout premier rôle au cinéma !). Pour l’anecdote, Dill, l’ami de Scout et Jem, est directement inspiré par le petit voisin qu’affectionnait Harper Lee quand elle était petite, Truman Capote.

d'après Les Inrockuptibles