-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Ciné-collection - les 25, 26 et 27 janvier 2011

--

Produit en 1980 – Film de John CASSAVETES (2h03)
Musique : Bill Conti ( L’étoffe des héros, Rocky , etc)
Acteurs: Gena Rowlands, John Adames, Buck Henry, Julie Carmen  etc.
Genre : thriller, comédie dramatique.
Récompenses : Mostra de Venise 1980 : Lion d'or partagé avec Atlantic City de Louis Malle.
Version originale sous-titrée

Scénario : New York City, 1980. Un taxi traverse les rues de Manhattan. À l’intérieur, les yeux de Gena Rowlands toisent le jeune garçon installé à côté d’elle : « You’ve got no home, you’ve got me. » En une réplique, la relation s’est établie. Le jeune Phil Dawn, petit Portoricain de six ans veut rentrer chez lui. À ses côtés, le visage, le regard inquiet et sévère d’une femme blonde qui se penche vers lui : Gena Rowlands est Gloria. Non, ils ne rentreront pas à la maison. Compromis dans une sale affaire, les membres de la famille Dawn viennent d’être assassinés par des représentants de la Mafia. Ne restent que le petit homme de la famille, Phil, confié par les parents juste avant le massacre à cette étrange voisine Gloria Swenson, et un legs laissé par le père à l’enfant, un livre. Ce testament empoisonné contient les enregistrements des activités de la Mafia que le père de Phil, comptable de l’organisation criminelle, devait remettre à des agents du FBI. Gloria et Phil, les deux rescapés de la tuerie, s’échappent. La Mafia à leurs trousses, ils vont faire l’apprentissage de la survie, de l’affection et du don de soi, dans l’anonymat et les dédales tumultueux de la vie urbaine. Critikat.com

Critiques :
Barbra Streisand avait été pressentie pour incarner le rôle titre de Gloria, finalement tenu par Gena Rowlands, l'épouse du réalisateur. Le film partage des similarités avec Léon (1994) de Luc Besson : dans les deux films, une personne solitaire liée à la mafia new-yorkaise doit s'occuper à contrecœur d'un enfant dont la famille a été décimée dans un appartement voisin.
Gena Rowlands est une grandiose héroïne de film noir (...). La mise en scène est nerveuse, avec un fabuleux règlement de comptes à l'arme à feu en plein New York, mais ce sont les personnages qui priment, comme toujours chez le cinéaste. Un agréable remake de Lumet avec Sharon Stone n'a pas fait oublier l'original. Zurban

En 1980, après plusieurs échecs commerciaux mettant en péril son indépendance (Meurtre d'un bookmaker chinois, Opening Night), John Cassavetes tournait pour les studios d'Hollywood, ce qui ne lui était plus arrivé depuis ses débuts. En acceptant toutes les concessions ? Certainement pas... Si le scénario de Gloria est bien plus structuré qu'à l'ordinaire chez l'auteur de Faces, cette fiction nerveuse témoigne de la personnalité incorruptible de Cassavetes. La prestation de Gena Rowlands, épouse et muse du cinéaste, est exceptionnelle, comme toujours quand ils ont travaillé ensemble (7 films en commun). Gloria fut récompensé par un Lion d'or au festival de Venise en 1980, ex-aequo avec Atlantic City, de Louis Malle. Le Point

John Cassavetes :
 
Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur, Monteur américain Né le 9 décembre 1929 à New-York (Etats-Unis) Décédé le 3 février 1989 à Los Angeles (Californie)
C'est en tant qu'acteur que John Cassavetes, fils d'immigrés grecs, commence sa carrière cinématographique. Il joue son premier rôle dans Fourteen hours (1951) mais n'est pas crédité au générique. Dans les années cinquante, il apparait dans un grand nombre de productions au cinéma, notamment Face au crime de Don Siegel, et à la télévision. En 1959, il est Johnny Staccato dans la série américaine du même nom. 
En 1956, John Cassavetes fonde à New York un atelier théâtral, le Variety Art Studio. Il fait travailler à ses élèves des improvisations qui serviront de base à son premier film en tant que réalisateur. Shadows (1961) met en scène des adolescents noirs dans un New York filmé de façon quasi documentaire sur une musique du jazzman Charles Mingus. Tourné caméra à l'épaule et en 16 millimètres, ce film dégage une liberté et une intensité qui valent à Cassavetes le prix de la critique au Festival de Venise, et font surtout de lui un pionnier du cinéma indépendant américain, aux cotés de Shirley Clarke ou Jonas Mekas. 
Ce nouveau talent est dès lors convoité par Hollywood. Il tourne pour United artists Un enfant attend (A child is waiting), mais  doit abandonner le montage final du film à son producteur Stanley Kramer) ; cela l'éloignera pour longtemps des studios. On retiendra d'Un enfant attend qu'il s'agit du premier film dans lequel apparaît Gena Rowlands.
Celle-ci sera par la suite l'héroïne de ses plus grands films, dans lesquels elle interprètera des rôles riches et complexes : mère de famille au bord de la folie dans Une femme sous influence, ou comédienne en crise dans Opening Night.
Pour financer ses films, Cassavetes continue sa carrière d'acteur. Son rôle dans Rosemary's Baby, de Roman Polanski, lui permettra de réaliser en 1965 Faces, qu'il tourne pendant six mois dans sa propre maison. Avec ses longs plans-séquences, c'est un retour au style de Shadows. A la même époque, Cassavetes est l'un des Douze Salopards, dans le film de Robert Aldrich.
Autour du couple John Cassavetes - Gena Rowlands se constitue peu à peu une famille d'acteurs, en particulier Peter Falk, Seymour Cassel et Ben Gazzara. Cassavetes aime filmer des individus en marge d'une société américaine conformiste et aliénante. Les virées dans des bars enfumés et des boites de nuit, les scènes de ménages où circulent des Torrents d'amour - titre d'un film qui obtient en 1984 l'Ours d'or à Berlin)-, sont récurrentes dans l'univers du cinéaste. Son goût pour des personnages à la dérive se remarque jusque dans ses incursions dans le thriller : Meurtre d'un bookmaker chinois, ou Gloria, l'un de ses rares succès commerciaux.
En 1986, John Cassavetes tourne son dernier film, Big trouble, à partir d'un scénario écrit par Andrew Bergman, alors qu'il est déjà malade. Depuis sa mort en 1989, son oeuvre singulière n'a cessé d'être redécouverte, notamment en France où, en 1992, une rétrospective de cinq de ses films récolte un grand succès. En 1997, Nick Cassavetes, fils de John et de Gena Rowlands, met en scène She's so lovely, d'après un scénario écrit par son père dix ans plus tôt.