-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Les métiers d'autrefois ...




--
Parmi les documents inédits sur les Métiers d'autrefois

  le cinéma les Halles 

a proposé la projection du film de René DURANTON 

en présence du réalisateur - présentation et débat -

jeudi 10 février 2011 (15h et 20h30)
 


 
Film de René DURANTON (2h08)
Genre : documentaire.
Tarif unique 6 € - règlement exclusif en espèces, chèque bancaire ou carte bancaire

« En 1950, en Bretagne, on n'avait pas le choix, on était marin ou paysan, j'étais le seul de la classe à choisir ce métier. Les filles aimaient mieux les marins, ils étaient riches, nous, on était des "ploucs". J'avais 15 ans lorsque mon père est décédé, j'ai été obligé de quitter l'école, 15ha à 15 ans ça fait beaucoup pour un jeune, mais encore aujourd'hui, je ne le regrette pas. J'ai ma ferme, ma copine Laurence, mes chevaux… Si c'était à refaire, je le referais ! Je suis un homme heureux ! » C'est ainsi que nous parle Jean-Bernard HUON, 62 ans, de la ferme Penprat, en Bretagne.

« Après "Toi ! L'Auvergnat… Dernier Paysan" en 1999 et "Femme Paysanne" en 2003, la caméra de René DURANTON a suivi pendant une année Jean-Bernard, dernier paysan breton travaillant avec les chevaux. Un régal ! » SBP

Dans le respect de l'Homme, des animaux, des traditions bretonnes, la caméra de René DURANTON fait un bond en arrière de 50 ans. 
Il a rencontré un homme heureux, Jean-Bernard HUON, 62 ans, fier d'être resté le paysan d'utrefois travaillant à l'ancienne, faire du "Bio" avec ses trois chevaux.
Il vit avec Laurence, sa compagne, un sacré "bout de femme", elle ne se voyait pas enfermée dans un bureau, elle voulait connaître autre chose, le monde agricole ! Elle a choisi ce mode de vie, dur, très dur ...

"Vivre ou survivre sans aucune subvention", nous explique Jean-Bernard. Je ne suis pas un mouton, ce n'est pas parce que le voisin a un tracteur de 150ch, que je dois en posséder un. Je veux être libre, c'est pourquoi je veux que le film s'allelle "Les sillons de la liberté".


René Duranton, au cours de sa présentation
Comme lors de ses précédentes venues,  René DURANTON a connu un réel succès. 
Plus de 350 charliendins ont vu son dernier film, ont entendu le réalisateur
et ont pu échanger avec lui.

Les sourires, les rires et surtout les applaudissements spontanés ont traduit la satisfaction des spectateurs, partagés entre admiration, nostalgie, respect du travail, respect de la terre et des animaux. Ces paysans bretons courageux, intelligents, sains, et généreux n'invitent pas au passéisme mais à faire des choix libres, humains qui pourraient nous ouvrir sur une nouvelle sagesse, pour peu que les hommes sachent mettre en cause certains aspects des modes de vie contemporains.


Après la projection, un débat avec la salle



-