-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Semaine 34/2011 - du 24 au 30 août

--
- Le cinéma les halles est partenaire de :
Orange                  cliquer ici --->
Cinéday             
--

Film de J.J. ABRAMS - (1h50)
Avec : Kyle Chandler, Joel Courtney, Elle Fanning, etc. 
Genre : science fiction.   
    
Court-métrage : Big Family (3’)

Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu'ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

« Il y a bien longtemps qu'un film hollywoodien n'avait suscité une telle émotion. » Cahiers du Cinéma
« A la façon d'un Stephen King, le réalisateur se fait extraordinaire conteur, son scénario ne perdant à aucun instant le but qu'il poursuit, ni le ton qu'il a décidé d'adopter. Abrams renoue ainsi avec un certain genre de cinéma que l'on n'avait plus vu depuis trop longtemps, parvenant à séduire l'ensemble des spectateurs en leur offrant un long-métrage qui restera dans les mémoires. » L’Ecran Fantastique
« On fonce voir "Super 8" sans hésitation, et surtout, on reste jusqu'à la fin du générique ! » Elle
« Porté par ses jeunes interprètes, tous épatants, "Super 8" est une réussite visuelle. (...) Une ouvre touchante, empreinte de nostalgie. » La Croix



Film de Mark WATERS - (1h40) 
Avec : Jim Carrey, Carla Gugino, Ophelia Lovibond, etc. 
Genre : comédie, famille.

Tommy Popper est un brillant promoteur immobilier à Manhattan. Sa réussite lui a coûté son couple et il ne voit plus ses enfants qu’un week-end sur deux. M. Popper mène une vie solitaire dans son appartement ultramoderne de Park Avenue, et il est sur le point de devenir un des associés de la prestigieuse firme qui l’emploie. Lorsqu’un matin, il reçoit l’ultime cadeau de son père décédé : un pingouin vivant. En cherchant à se débarrasser de l’animal, M. Popper va juste réussir à en récupérer cinq autres. Alors que les adorables bestioles transforment son appartement en banquise, M. Popper voit sa vie déraper. Tout va y passer : le contrat de ses rêves, ses relations, sa vie. Mais grâce à six petits pingouins, M. Popper va découvrir que le bonheur peut aussi faire boule de neige…

« Il faut reconnaître à "M. Popper et ses pingouins" une véritable originalité, une fraîcheur due à la singularité de l'histoire et à la fantaisie qu'elle permet en termes de comédie. La réussite du film tient beaucoup à son rythme, souple et gracieux, tout à fait en phase avec la gestuelle et le débit de son acteur principal, et à un sens du détail absurde qui donne au film un relief biscornu et charmant. » Le Monde
« Tout en répondant à tous les impératifs fédérateurs de l'industrie, le film atteint des sommets de divertissement. » Critikat.com



Film de Frédéric LOUF - (1h32) 
Avec : Pierre Niney, Audrey Bastien, Lou De Laâge, etc. 
Genre : comédie dramatique.

La veille du 10 mai 1981, Primo et Gabrielle, 18 ans, se rencontrent. Elle fait partie de la bourgeoisie parisienne. Lui est fils de petits commerçants de province. Ébloui par le charme de Gabrielle et des filles qui l’entourent, Primo bluffe. Il s’invente un nouveau pédigrée, ment beaucoup, et compense le vide de ses poches à coup d’audace et d’imagination.

« Pour sa première réalisation, Frédéric Louf, qui emprunte le titre de son film à la chanson de Patrick Coutin, réussit une sorte d’ « éducation sentimentale » très enlevée, pleine de charme et émouvante. » Le Parisien
« "J'aime regarder les filles" est mis en scène finement, avec une sobriété bienvenue, un sens aigu de la situation et ce goût du détail qui installe une atmosphère. L'humour et l'émotion, équilibre toujours délicat, sont au rendez-vous. Pour ne rien gâcher, les acteurs sont formidables, à commencer par Pierre Niney (...). » Le Monde
« C'est désenchanté, délicieux et, au bout du compte, drôle. » Libération

* Boucle magnétique pour malentendants  --   Salles climatisées