-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Autour de "La Dame de fer"


Jeudi 8 mars, journée de la femme !
La projection et le débat autour du film de Phyllida Llyod "La Dame de fer" était programmé ce jour de célébration. Certains y verront-ils un pied de nez ? D'autres une maladresse, voire une blessure ? Rien de tout cela, pur hasard du calendrier, comme en ont plaisanté les spectateurs présents.

Lors de l'annonce du film, plusieurs fidèles du Cinéma les Halles avaient souhaité pouvoir échanger à l'issue de la projection. En particulier quelques anglais, volontiers attachés à notre pays désormais, qui avaient vécu la rugueuse période au pouvoir de M. Thatcher, premier ministre de Grand-Bretagne de 1979 à 1990.

Meryl Streep, Oscar 2012


Le film présente M. Thatcher à la fin de sa vie, rattrapée par les épisodes marquant de son itinéraire : étudiante, première candidature aux élections, chef du parti conservateur, premier ministre inflexible, puis vaincue dans son propre parti ce qui l'obligea à quitter le pouvoir. Sans tomber dans l'hagiographie, le film célèbre le personnage, dans un mélange d'images de cinéma où Meryl Treep l'incarne avec talent et d'images d'archives parfois violentes : grèves de mineurs écrasées, grèves de la faim, guerre des Malouines, etc. Cette réalité est largement présente, mais la cinéaste laisse le beau rôle à la femme de pouvoir qui expose, explique, justifie sa politique. C'est la grande décennie du libéralisme économique : Margaret Thatcher en Grande-Bretagne comme Ronald Reegan aux USA, mettent en pratique les théories des célèbres des économistes Hayek, Milton... Et l'on en trouve encore des accents chez nous, dans certains discours d'actualité !

Grève des mineurs en 1984-85
Lors du débat, que Madame Charlotte MOON a bien voulu en partie animer, elle nous a fait l'honneur de ses souvenirs et de ses commentaires. Fillette à l'arrivée au pouvoir de "Miss Maggie" elle en a gardé le goût amer. La discussion s'installant, elle nous a permis -par ses traduction habiles- de comprendre comment d'autres anglais ont pu vivre les événements. Tous n'ont pas été traumatisés par la période. Tous ne jugent pas si sévèrement la politique étrangère ou militaire...

Les français présents ont pu aussi donner leur sentiment, plus modeste, plus retenu. Néanmoins, l'image conservée par la plupart est loin d'être sans faille. On a cru comprendre que beaucoup avaient volontiers retenu les paroles de la chanson de Renaud : "Femmes [...]  en tout genre je vous aime ... à part bien sûr Mme Thatcher" ! Regard sévère, voire violent et méchant, mais aux artistes n'est-on pas prêt à tout pardonner ?

Mme Charlotte MOON, enseignante en G.B., reconvertie boulangère - marché de Charlieu