-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Semaine 13/2012 - du 28 mars au 3 avril

--

Orange  Cinéday   
continue - cliquer ici --> 
--
Dernière séance dans les salles du Cinéma
-----------le dimanche 1er avril, à 20h30.
Fermeture pour rénovation, durant cinq mois de travaux.
Pendant les travaux, 
les projections continuent 
dans la "Salle des Halles"
salle de spectacles du 2e étage.
------------------Première séance le jeudi 5 avril à 18h10.
--

Film de Andrew STANTON - (2h20)
Avec : Taylor Kitsch, Lynn Collins, Samantha Morton, etc. 
Genre : science fiction, aventure, action.
Le cinéaste oscarisé Andrew Stanton signe avec JOHN CARTER un grand film d’aventures qui se déroule sur la planète Barsoom (Mars), peuplée de tribus guerrières et d’extraordinaires créatures. Tiré du premier livre du « Cycle de Mars » d’Edgar Rice Burroughs, le film raconte le fascinant voyage de John Carter, qui se retrouve inexplicablement transporté sur Barsoom, au cœur d’une guerre mystérieuse entre les habitants de la planète. Parmi tous les êtres étranges qui peuplent cet univers, il fera la connaissance de Tars Tarkas et de la captivante princesse Dejah Thoris. Dans ce monde sur le point de disparaître, Carter va découvrir que la survie de Barsoom et de son peuple est entre ses mains…

« On espère que la saga connaîtra d'autres épisodes tant ce premier volet est enthousiasmant. » 20 Minutes
« Adaptation spectaculaire du premier volume d'une série de romans écrits par Edgar Rice Burroughs, le créateur de Tarzan, "John Carter" est un film d'aventure qui mêle habilement le vieux et le neuf. (...) un récit épique, une exaltation enjouée de l'homme aventureux (...). » Le Monde
« "John Carter" est un film bizarre, désordonné et courageux. [...] Andrew Stanton se bâfre jusqu'à une certaine outrance, mais nous régale aussi d'une pyrotechnie graphique qui frappe par sa liberté, son déchaînement, sa quête créative intense. » Libération



Film de Lucas BELVAUX - (1h44) 
Avec : Yvan Attal, Sophie Quinton, Nicole Garcia, etc.
Genre : drame.
Avec le soutien de l’ADRC

Court-métrage : Nous (11’)

Alors qu'elle rentre d'un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d'un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait. Paraît-il.
Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer. Paraît-il… La police enquête, la presse aussi.  Jusqu'à cette nuit où Louise rêve. Elle rêve que Pierre lui parle dans son sommeil.  Qu'il lui parle longuement. Lui qui, d'habitude, parle si peu...

« "38 témoins" est un film très fort, qui éclaire la face sombre de l'humain, à ne pas rater. » Elle
« Une certaine idée de l'art tient ici, qui vaut pour aujourd'hui aussi bien que pour hier, et qu'on pourrait définir comme un humanisme de combat. Elle fait réaliser à Lucas Belvaux son plus grand film. » Le Monde
« Dessiné, interprété et dirigé avec maîtrise. » Le Nouvel Observateur
« Lucas Belvaux ("Rapt") signe un film noir, intense, et très humain sur la lâcheté, la peur, le mensonge et la culpabilité dont on ne sort pas indemne. » Télé 7 Jours
« Un polar philosophique captivant. » 20 Minutes


Cycle CINÉ-COLLECTION :  Le bal. (Italie, France) 

Film de Ettore SCOLA - (1h52) – Produit en 1983
Avec : Christophe Allwright, Aziz Arbia, Marc Berman, etc.
Genre : comédie.
Version originale sous-titrée

3 César remportés dont celui du meilleur film en 1984   

Dans une salle de bal défile l'histoire de la France, des années 20 aux années 80, au gré des musiques qui ont rythmé ces décennies. Le Front Populaire, la Seconde Guerre mondiale, la Libération et Mai 68 sont ainsi évoqués sur fond de jazz, de rock'n'roll et de musique disco...

« C'est brillant, entraînant et finement mélancolique (...). Le film émeut aussi fort qu'un excellent tango. » Le Nouvel Observateur
« Magie de l'expression corporelle, servie par une exceptionnelle direction artistique où rien n'est laissé au hasard. Du grand art. » L’Express
« Probablement le plus beau film de SCOLA, le plus construit, le plus travaillé, avec une très belle photographie et de bons comédiens inconnus pour la plupart. C'est du bonheur en pellicule ! » Première.fr
« Le Bal, c’est d’abord ce pari insensé de mettre en scène sans dialogues, une scène de bal du début du XXe siècle jusqu’aux années 80. Tout va résider dans le jeu des comédiens et dans le choix de la musique pour faire ressortir les petites histoires dans l’Histoire. » Objectif-Cinéma.com

* Boucle magnétique pour malentendants  --   Salles climatisées