-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Cycle Ciné-Collection - du 11 au 16 avril


--
La chevauchée des bannis. (U.S.A)  Cycle Ciné-collection


Film de André DE TOTH - (1h32 - VOST)
Produit en 1960
Titre original : « Day of the outlaw »
Avec : Robert Ryan, Burl Ives, Tina Louise, Jack Lambert
Genre : western.

Scénario  
Dans un minuscule village du Wyoming, isolé par la neige, un éleveur de bétail vient pour s'opposer par la force à la pose de clôture par un fermier… La situation de départ de La chevauchée des bannis peut paraître assez conventionnelle mais, alors qu'ils sont prêts à s'entretuer, arrive une bande de bandits en cavale qu'un ex-capitaine de l'armée tient d'une main de fer. La bande prend le contrôle du village avec l'intention de repartir le lendemain matin. Dès lors tout bascule et la situation, que l'on prévoyait banale, devient très originale et intéressante. La neige, omniprésente dans les extérieurs, donne une certaine épure à l'image et permet de très beaux plans, notamment avec les chevaux qui s'y enfoncent. André de Toth soigne ses cadrages, ils sont superbes, et utilise joliment les panoramiques latéraux, parfois à 360 degrés. Il n'hésite pas à placer sa caméra au centre de l'action. C'est étonnant. Les mines patibulaires des malfrats, un assemblage particulièrement hétéroclite de types, ajoute même à la beauté graphique. La chevauchée des bannis est un western très original, d'une beauté austère et froide.





Critique

Tina LOUISE
Burl IVES
"Un western atypique avec un nombre de coups de feu limité, et pourtant précurseur, qui annonce déjà le crépuscule du genre avec des personnages tous tordus et au bout du rouleau. On pense au Grand silence, en plus bavard, tout est dépouillé et enneigé. Pourtant pas de luxueux panoramiques non plus, la première partie intimiste cloisonne tout le monde dans une baraque ou deux au milieu de rien, très "Carpenterien" en effet, avec une mise en scène aux cadrages très précis. On pourra se demander comment les quatre femmes du village sont toutes comme par hasard quatre bombes atomiques ou comment le petit jeunot a pu débarquer ici. Le passé des personnages n'est pas toujours très clair et les acteurs parfois engourdis mais la cocotte-minute monte tranquillement en pression entre les deux groupes, le tout centré sur la condition des femmes. La scène de danse est tendue à souhait et la chevauchée qui compte arrive, tout sauf spectaculaire, mais avec ce quelque chose d'implacable qui scelle de très belle manière le destin de ces bannis, accompagnée d'une belle musique cyclique et morbide.

Le happy-end reste de rigueur mais on sent déjà que les temps sont durs pour les héros." [par Drélium, in www.senscritique.com]



André DE TOTH 


De son vrai nom Endre von Tóth2, c'est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur américain, d'origine austro-hongroise, né le 15 mai 1912 à Makó (Csongrád) et décédé le 27 octobre 2002 à Burbank (Californie).

Il réalisa cinq films en Hongrie la même année 1939, avant de partir vers Hollywood où se déroula la plus grande partie de sa carrière. Indépendant des grands studios, il travailla toutefois avec la Warner ou la Columbia, et fut l'auteur de plusieurs westerns avec des stars comme Randolph Scott (Le Cavalier de la mort), Gary Cooper (La Mission du commandant Lex), Kirk Douglas (La Rivière de nos amours) ou Robert Ryan (La Chevauchée des bannis), et de films noir tels Pitfall ou Chasse au gang. Borgne, il réalisa pourtant en 1953 un film en 3D, L'Homme au masque de cire.

Souvent considéré comme un simple réalisateur de séries B3, André De Toth trouva à la fin de sa vie plusieurs défenseurs de son travail : Martin Scorsese aux États-Unis ou Philippe Garnier et Bertrand Tavernier en France. [extrait de Wikipédia]