-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Cycle Ciné-Collection - du 6 au 12 mai 2013

--


Film de Jacques DEMY - (1h30 - VF)
Avec : Anouk Aimée (Lola / Cécile), Marc Michel (Roland Cassard), Elina Labourdette (Mme Desnoyers), Annie Dupeyroux (Cécile Desnoyers), Alan Scott (Franckie), Corinne Marchand (Daisy), Jacques Herden (Michel).
Genre : drame, romance.

 
Synopsis. A Nantes, Lola, une entraîneuse, attend depuis sept ans maintenant le retour de Michel, le père de son fils Yvon, parti faire fortune dans les colonies françaises. Le hasard l'amène un jour à croiser un ami d'enfance, Roland, un éternel insatisfait qui songe lui-même à quitter la France mais qui, épris de Lola depuis toujours, ne peut s'empêcher de la demander en mariage, en vain bien sûr. Quelque temps plus tard, un inconnu vêtu de blanc, portant un chapeau texan, fait son entrée en ville, au volant d'une Cadillac. L'homme passe devant le Café naval, où travaille Lola...


Anouk Aymée
Version restaurée. Le négatif original du film avait été détruit dans un incendie au début des années 1970. La famille de Jacques Demy ayant retrouvé une copie, les travaux ont été réalisés à Los Angeles. « Lola est le premier long métrage d’un auteur majeur du cinéma, Jacques Demy. Compte tenu de l’état détérioré du film, il est nous est apparu indispensable que nos fondations lancent un programme de restauration complète de cette œuvre, grâce aux technologies numériques d’aujourd’hui et avec l’exigence d’un retour au support film, le seul qui puisse garantir la conservation des éléments restaurés dans la durée», déclarent Gilles Duval, délégué général de la Fondation Groupama Gan et Séverine Wemaere, déléguée générale de la Fondation Technicolor. « Lola dispose ainsi d’éléments de diffusion numérique haute définition mais aussi des supports argentiques restaurés qui, conservés au sein d’une archive, sont la garantie de la pérennité de notre travail».
« Un tel programme n’a cependant de sens que s’il ne se limite pas à la restauration proprement dite. Il s’agit aussi d’organiser la diffusion la plus large possible du film restauré. Nos fondations militent pour que cette nouvelle version circule dans tous les festivals, en France et à l’étranger, mais aussi ressorte en salle, en vidéo, etc…"


Critique. Lola danse dans un cabaret nantais et séduit des marins de passage . Depuis sept ans, elle attend le retour de son unique amour, le père de son enfant. Elle retrouve un ami d'enfance qui tombe amoureux d'elle. Ailleurs dans la ville, Mme Desnoyers élève sa fille, qui ressemble à l'enfant que fut Lola. 
Pour son premier film, Jacques Demy rêvait déjà de couleurs, de danses et de chansons, mais les producteurs refusèrent de débloquer leurs fonds. «Il a bien fallu qu'au lieu de faire de la peinture je fasse du fusain. Travailler avec le noir et blanc, puisque c'étaient les deux seules couleurs que j'avais à ma disposition. » Résigné, Demy pose les jalons de tous ses films futurs, dans un chef-d’œuvre d'une éblouissante blancheur cotonneuse. Il réalise une fausse comédie musicale, où les hésitations, les soupirs, les déhanchements sont les notes d'un hymne au hasard. Les personnages entrent dans la ronde du destin, se frôlent et s'évitent. Le cinéaste tisse patiemment la toile qui servira de trame à tous ses films : Roland Cassard reviendra dans Les Parapluies de Cherbourg, où il évoquera, en chanson, son amour impossible (« Autrefois, j'ai aimé une femme, on l'appelait Lola... »), et Lola deviendra strip-teaseuse à Los Angeles dans Model Shop, avant de finir découpée au fond d'une malle dans Les Demoiselles de Rochefort. Diaphane et frivole, avec son rire en escalier ponctué par un soupir amer, Anouk Aimée redonne tout son sens au mot « apparition ». [Extrait de Télérama - Marine Landrot - avril 2013]



Jacques Demy 
Réalisateur de films musicaux connu internationalement, à qui l'on doit notamment Les parapluies de Cherbourg, Les demoiselles de Rochefort et Peau d'âne. Ses films sont marqués par des couleurs vibrantes, des costumes raffinés et des dialogues chantés qui composent un univers enchanteur, mais souvent bâti autour de drames humains. Ses thèmes de prédilection sont le hasard, l'amour, les mères solitaires et les marins en partance.Il est né en 1931 à Ponchâteau en Loire Atlantique, et s'est éteint en 1990 à Paris. Il fut l'époux de la réalisatrice Agnès Varda.

Le père de Jacques Demy a un garage à Nantes, c'est donc là qu'il grandit. En 44, il voit sa ville être bombardée. Dans Jacquot de Nantes, sa compagne Agnès Varda relate ses premiers essais de film d'animation à l'âge de 14 ans. On ne prenait pas trop au sérieux l'envie du petit Jacques de faire des films. Bon gré, mal gré, il est bien obligé de faire ses études dans un Collège technique, pour faire plaisir à son père qui veut qu'il ait "un vrai métier".

Finalement il part pour Paris, et entre à l'Ecole de Vaugirard qui le forme à la réalisation et à la prise de vue. Il devient l'assistant de Paul Grimaud pour des films publicitaires puis de Georges Rouquier. C'est à 24 ans qu'il réussit à réaliser son premier film court : Le Sabotier du Val de Loire.

En tant que réalisateur il commence sa collaboration artistique avec Michel Legrand dans Lola. A noter son succès international Les parapluies de Cherbourg, nommé Palme d'Or au Festival de Cannes, qui a reçu également le prix Louis Delluc, et a été nominé aux Oscars. Autres grands succès : Les demoiselles de Rochefort, Peau d'âne, qui réunit Catherine Deneuve et Jean Marais.

Ce cinéaste étonnant fait partie de ce que l'on nommait la "nouvelle vague". Il ne s'est pas cantonné à sa langue maternelle car il a aussi tourné des films en anglais : Model shop, The Pied Piper, ou Lady Oscar. Agnès Varda est entrée dans sa vie en 1958. Rosalie et Mathieu sont nés de leur amour. Rosalie est devenue créatrice de costumes. Quant à Mathieu, il est comédien et réalisateur de films.

Jacques Demy est décédé le 27 octobre 1990, mais il a laissé un dernier film musical avant de partir : Trois places pour le 26. Pour la première fois Yves Montand chantait pour lui, sur une musique de son complice Michel Legrand.
[Extrait de Cinefil.com]