-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Soirée ... LES JOURS HEUREUX !




... un beau film de Gilles PERRET 
 un montage engagé de Stéphane PERRIOT ...

Le Cinéma les Halles était fier de présenter vendredi soir (14 janvier) le film historique de Gilles PERRET, en présence de son monteur Stéphane PERRIOT.  Ne pourrait-on pas s'inspirer de cette période pour retrouver des ressources nouvelles ?
 
Aujourd'hui, les journalistes et autres médias nous rappellent en permanence l'existence de la crise ... Les sondeurs d'opinions nous disent combien les français sont moroses, voire désabusés. Une vraie image d'une France "non future". Certes les réalités de chômage, d'impôts, de difficultés économiques et sociales sont là, mais néanmoins peut-on regarder un peu plus haut que la ligne d'horizon ?

C'est ce que nous a dit le film de Gilles PERRET : en 1943, entre les combattants -ils viennent tous d'univers différents, de partis différents ; ils sont proches par leur opposition à l'envahisseur et au gouvernement de Vichy, mais différents par leur vision d'avenir- une nécessité de solidarité, d'unité et de liberté s'impose. Jean Moulin grand rassembleur des diverses sensibilités de la Résistance vient d'être torturé et assassiné à Lyon, les lueurs d'espoirs sont faibles mais ils trouvent tous l'énergie de construire un programme d'avenir. Quelques mois plus tard, ce programme bien nommé "les jours heureux" est signé par tous les participants. Il sera le vecteur d'un renouveau économique et social dès la mise en place du gouvernement provisoire à la Libération.
-
Après nous l'avoir montré sur l'écran, Stéphane PERRIOT, monteur du film et proche ami de Gilles PERRET, explique cela avec passion. Le public commente, questionne, interroge, laisse apparaître des analyses parfois divergentes. Tant  mieux, cela favorise le débat. Stéphane lui-même s'engage et son montage est aussi le signe de ses convictions. La seconde partie du film laisse d'ailleurs transparaître une grande faiblesse de la génération politique actuelle. Appelés à réagir aux propos et actions des résistants de 43, tous ces acteurs d'aujourd'hui bien qu'ils revendiquent l'héritage de la solidarité, de la fraternité de la Résistance, montrent leurs limites : ils n'ont ni l'envergure, ni l'ambition pour inventer un nouveau monde et tenter de le mettre en oeuvre. Désabusé ce film ? Non pas. Critique certes, mais lumineux sur le devoir de réagir quelles que soient les circonstances. De l'espoir ? Oui, à condition de savoir fixer des objectifs ambitieux et courageux.
-
Laissons le mot de la fin à la presse locale qui rend ainsi compte de la soirée.

Article du Pays Roannais - 23 janvier 2014