-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Bienvenue au CLUB !

-
Mercredi 18 juin, pas de tristesse au club du  cinéma les halles ! Plutôt la satisfaction d'une belle soirée avec la venue des trois jeunes invités pour présenter leur dernier film TRISTESSE CLUB sorti depuis 15 jours  en salles. Quant au public, malgré les belles journées de la semaine et les rendez-vous foot devant la télé, il avait répondu favorablement au "Nouvel appel du 18 juin" qu'avait lancé Au Fil du Temps : une soixante de présents pour les écouter parler passionnément de leur travail.

Amaury OVIZE - Vincent MARIETTE - Julien ROUX, invités du soir.
Julien Roux, assistant du réalisateur pour la photographie, tenait particulièrement à passer par Charlieu où il a vu naître sa vocation de cinéaste, où il y fit ses études et où il y retrouve famille et amis.
Auprès de lui, Amaury Ovize le producteur du film avait aussi le plaisir de retrouver Charlieu où il y a connu une partie de son enfance. Souvenir ? sans doute. Nostalgie peut-être, mais en toute discrétion.
Vincent Mariette le réalisateur avait tenu à les accompagner ; voilà un film qui sans doute a créé des liens d'amitié durable.
Le scénario tient un peu de cela : une histoire de famille où trois acteurs principaux, deux frères découvrent soudain une sœur, en apprenant le décès de leur père. Certes les choses sont plus compliquées que cela et les événements apporteront des rebondissements, avec plongée dans l'enfance, traumatismes et aléas de la vie.

Le réalisateur lors de l'échange avec le public
Vincent Mariette explique que ce projet est né lors de la fin de ses études à la FEMIS (Paris), puisant à la fois dans ses souvenirs et son imagination pour écrire le scénario. Insatisfait d'un premier résultat, il eut vite à cœur de le reprendre pour un premier long métrage où l'acteur Vincent Macaigne serait son premier personnage, après une belle collaboration dans un précédent court-métrage "Les lézards" projeté également hier avant le film.

Pour compléter le trio, Ludivigne Sagnier et Laurent Lafitte : personnages aux antipodes les uns des autres mais étroitement liés  pour soutenir l'intérêt d'une "comédie mystère réussie" selon un critique.  En effet, c'est là que l'art du réalisateur apparaît : entre le début et la fin aux scènes réalistes, s'intercale un enchaînement de séquences et d'évènements inattendus, sorte de parenthèse où s'installent le mystère, l'humour, le surréalisme parfois, dans un rythme maîtrisé.

Julien Roux confirme les choix de l'équipe : des cadrages serrés mais des séquences allongées, un montage sans ruptures brutales, des choix d'objectifs photos presque à l'ancienne, pour donner une atmosphère charmeuse. Le tout au cœur d'un décor naturel : le lac d'Aiguebelette sert souvent d'arrière-fond flou et brumeux pour souligner l'essentiel : la confrontation des trois acteurs -excellents- et leur évolution psychologique.
Film inclassable selon la presse, entre Wes Anderson et Bertrand Blier ? Le réalisateur récuse cette étiquette trop "plombante" pour une première œuvre mais il en défend toute l'originalité. Et à travers cela le spectateur sent percer une vraie personnalité et un déjà grand talent. Premier long métrage ? Chapeau !

Ils auraient été intarissables ces invités... Mais ils ont promis de revenir.
Il y a des projets en chantier.