-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Un art cousu d'or

 --

En partenariat avec le Musée de la soirie
en concordance avec l'exposition de l'année "DE POURPRE ET D'OR",
le Cinéma les Halles 
proposait ce dimanche 9 novembre 
une démonstration de  broderie au fil d'or.


La brodeuse, pendant la démonstration




 Cette spécialiste de l'art de broder les fils d'or appartient à un groupe d'artistes en résidence à la Maison des Grenadières (CERVIERES, près de Noirétable) ; elle a montré au nombreux public, la finesse, la beauté et la créativité du travail, car il s'agit d'une technique rare et prestigieuse.

Mme Miguet, avant la projection du film

Madame MIGUET, conservatrice des musées charliendins avait déjà rendu possible des démonstrations semblables. Mais il s'agissait là de délocaliser la présentation, de la sortir des seuls musées pour la proposer à un public plus large, celui des cinéphiles des Halles.
Et la liaison avec le film présenté était évidente. En effet, dans le film "Le beau monde" la jeune actrice Ana Girardot incarne le personnage d'Alice, une créatrice originale dans l'art de la laine et de la broderie. 

 
Dès 16 heures, -grâce à une petite confusion horaire dans la presse- c'est un nombre important de visiteurs  qui s'est présenté ! Certes les questions étaient parfois les mêmes mais cela témoignait d'un véritable intérêt. 

Avec patience,  gentillesse et compétence notre invitée répondit à chacun, sans pour autant se déconcentrer et poursuivre le splendide motif présenté ci-dessous.
 

Création de motif ... pour un académicien ou une tentures à l'ancienne...
 


Couturières ou simplement curieux, rien n'échappait aux visiteurs   .


 

Et puis vint l'heure du film  que chacun s'empressa d'aller goûter avec une saveur toute particulière la rencontre d'Alice avec Agnès une riche parisienne et son fils Antoine...

Alice, grâce à Antoine, découvre de l'intérieur un monde qui la fascine : ce « beau monde » qui lui offre sa culture. Elle se donne à lui toute entière mais cette spontanéité, cette innocence suffiront-elles à son projet de vie ?