-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

3000 nuits, en Palestine

--



  Ce mercredi 12 avril,  
le  Cinéma les Halles 
proposait un ciné-débat autour du film 

3000 nuits 

de la réalisatrice  Mai  Masri.

Une belle assistance avait soutenu l'initiative de l’association E.R.A.A.P.  (Échanges Rhône-Alpes Auvergne Palestine) qui  organise chaque année désormais un Festival du film palestinien en Rhône-Alpes.

La présidente de l'association Christiane Prébet était présente, accompagnée de Pierre Thivend,  pour présenter et commenter le film. 

Bernard Blanchet  (Au Fil du Temps)  présente les invités

Scénario - On est dans les années 80, à la veille des événements de Sabra et Chatila. La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal, une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée. Elle partage la cellule d’israéliennes condamnées pour droits communs et s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant.
Christiane PREBET, présidente de E.R.A.A.P.

Le film décrit son combat pour son enfant, pour la dignité des femmes, pour la liberté et la justice qu'elle revendique.


"Un récit sensible et engagé, inspiré d’une histoire vraie", selon les Fiches du cinéma. Ce que nos invités ont également souligné. 


Le Progrès (éd. du Roannais) du 15 avril a rendu compte de la manifestation. Après la présentation, il note que de nombreuses questions ont été posées aux invités autour de la situation actuelle en Palestine. 

"Selon leurs informations, écrit-il, 7000 Palestiniens sont en ce moment dans les prisons israéliennes, dont 70 femmes et 450 enfants. Les autorisations de visite pour leurs familles sont très difficiles pour les habitants de Cisjordanie et totalement impossibles pour ceux de Gaza. Il est très difficile d'agir pour les associations, toute tentative de dialogue étant taxée d'antisémitisme par les autorités israéliennes." 
Pierre THIVEND, déjà venu à Charlieu, pour présenter "Dégradé" des frères Nasser