-.- Accès rapide aux rubriques -.-




___________________________________________________________________________________________________
_

Cycle Ciné-Collection : semaine du 5 au 11 décembre 2018

-
-


http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18364936&cfilm=27995.html

http://charlieu-cinemaleshalles.blogspot.com/2018/08/saison-2018-2019.htmlFilm de Ettore SCOLA. - (1h55 - VOST)
Produit en 1976
https://www.ticketingcine.fr/?NC=1104&nv=0000045754 
Avec : Nino Manfredi, Vittorio Gassman, Stefania Sandrelli.
Genre : comédie sociale.
 https://www.ticketingcine.fr/?NC=1104&nv=0000045754
Scénario - Trois camarades, frères d'armes pendant la résistance, attachés au même idéal de justice et de progrès social, célèbrent la fin de la guerre et la chute du fascisme en Italie. Gianni termine ses études de droit à Rome. Nicola enseigne dans un lycée de province. Antonio se retrouve modeste brancardier-infirmier. C'est une période d'espoir et d'euphorie : la Monarchie est remplacée par la République. Le temps grignote l'enthousiasme. 

Gianni devient fondé de pouvoir d'un brasseur d'affaires sans scrupules dont il épouse la fille, insignifiante, stupide mais riche. Nicola végète dans son trou, anime des séances de ciné-club pour glorifier l'essor du mouvement "néo-réaliste" italien que les notables locaux attaquent violemment...
 
Analyse - Scola trouve dans ce film de quoi alimenter son goût de la caricature et sa tendresse pour les perpétuels floués de l'existence, les laissés pour compte des grands idéaux. Comment le pays qui engendra le fascisme comme la résistance, et qui triompha de ses démons s'est finalement laissé englué par un miracle économique, occasion de corruption dangereuse ? Pourquoi le plus intègre et le plus instruit des trois amis ira-t-il le plus loin dans le naufrage alors que Giani saura se protéger modestement mais fermement ?

La mise en scène parfois voyante : triple répétition de la scène d'ouverture, raccord sur la foule en liesse juste après le plan du dynamitage des véhicules allemands, reprise de l'arrêt sur image inspiré de la pièce de théâtre de O Neil qu'ils vont voir au début . 

Le récit est tour à tour vu des trois points de vue mais, au fil du récit, Scola s'écarte de chacune de ces visions subjectives pour tirer un constat relativement objectif de chacune des situations : solitude de l'homme riche, regrets de l'abandon de la famille, fierté toute relative de celui qui a su concilier vie publique et vie privée.

Ettore SCOLA

Réalisateur et scénariste italien né en 1931. Après des études de droit, il fait du journalisme et collabore notamment à des revues humoristiques. Puis il écrit  une bonne cinquantaine de scénarios, comédies pour la plupart, dont plusieurs pour Dino Risi (Le Fanfaron, Il mattatore, La marche sur Rome, Les monstres, Moi la femme...) et pour un autre réalisateur Antonio Pietrangeli. Avec Age et Scarpelli, Maccari et Sonego, Ettore Scola a été le scénariste qui a porté la comédie italienne à son plus grand degré de perfection.

En 1964, Ettore Scola passe à la mise en scène pour le film avec Vittorio Gassman Parlons femmes. Au fil des années, le réalisateur s'affirme et écrit des films très différents les uns des autres : Drame de la jalousie avec Marcello Mastroianni, Nous nous sommes tant aimés qui lui vaut le grand prix du festival d'humour de Chamrousse en 1976, Affreux, sales et méchants, prix de la mise en scène à Cannes, et le triomphe dans le monde entier d'Une journée particulière et des Nouveaux monstres qu'il a co-réalisé avec Dino Risi et Mario Monicelli.
S'il excelle avant tout dans la comédie, il adopte un ton plus mélancolique dans Nous nous sommes tant aimés (1974) avec Vittorio Gassman où il dépeint l'évolution contemporaine de l'Italie. 
Cinéaste engagé, il se pose en défenseur des petites gens et des marginaux tout en pointant du doigt les conditions de vie dans les bidonvilles autour de Rome dans Affreux, sales et méchants (1976). En 1977, il dénonce également la persécution des homosexuels dans Une journée particulière avec Sophia Loren.

Ettore Scola tisse également des liens étroits avec la France puisqu'il évoque la Révolution française dans La Nuit de Varennes et tourne Le Bal qui lui vaut le César du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1984. Il a également l'occasion de travailler avec bon nombre de comédiens français comme Fanny Ardant (La Famille, 1987, Le Dîner, 2000), Vincent Perez, Emmanuelle Béart (Le Voyage du capitaine Fracasse, 1991), etc. 

A partir des années 90, le public suit toutefois moins le réalisateur italien qui ne perd pas pour autant de sa justesse avec Le roman d'un jeune homme pauvre qui obtient un Lion d'Or à Venise en 1995. Poursuivant des films aux castings prestigieux, il revient une nouvelle fois à Rome en 2003 pour y tourner Gente di Roma, avec pour toile de fond les manifestations contre Silvio Berlusconi. Alors qu’il avait annoncé sa retraite, Ettore Scola a donné un dernier film, un documentaire présenté à la Mostra de Venise en 2013 intitulé Qu’il est étrange de s’appeler Federico, dans lequel Scola évoquait son aîné, son ancien collègue de Marc’Aurelio, Fellini. 

Il meurt le mardi 19 janvier 2016, dans une clinique romaine, à 84 ans.
[Tiré de cineclubdecaen.com]


Prochainement